Accueil Confessions Si j’avais été une fille…

Si j’avais été une fille…

0
0
31

Fille

J’assume très bien le fait d’être un homme. Mais parfois, quand mon regard se posait sur ma femme lors de sa grossesse, je ne pouvais m’empêcher de me sentir un peu exclu de cette relation privilégiée mère-enfant. Et dans ces moments-là, je me suis souvent demandé ce que serait ma vie si j’avais été une fille, ce que j’aurais été, ce que je serais devenu(e)…

Si j’avais été une fille, voici la première question que je peux me poser : est-ce que ma vie aurait été plus facile ? Aurait-elle été moins rude, plus douce, moins dure, plus rose ? Quel genre de fille aurais-je été ? Soumise, introvertie, timide, presque effacée ? Ou une rebelle, avec un caractère bien affirmé, qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense ? Même si je restais l’aînée, mes parents m’auraient-ils aimée autant que mes sœurs ? Mes sœurs… m’auraient-elles aimée ?

Si j’avais été une fille, le fait de me sentir aimée m’aurait-il permis de ne pas avoir ce sentiment d’être un vilain petit canard ? D’avoir débarqué dans la famille à la manière d’un chien dans un jeu de quilles ? Mon « père » aurait-il épousé ma mère ? Mes grands-parents paternels auraient-ils été aussi bienveillants avec moi ?

Si j’avais été une fille, aurais-je eu plus de facilité et d’envie d’apprendre ? M’aurait-on poussé et encouragé dans cette voie ? Ou aurais-je aussi entendu à longueur de temps que j’ai les capacités – et de loin – mais que je n’en ai rien à faire, que je ne fous rien ? Aurait-on rajouté que je finirais bandit ?

Si j’avais été une fille, aimée, est-ce que mes parents auraient plus pris soin de moi ? Ma mère aurait-elle cédé à mes caprices comme elle l’a fait avec mes sœurs ? Aurais-je moi aussi fait du patinage artistique ? Ou me serais-je tournée vers une autre discipline ?

Si j’avais été une fille, aurais-je connu une période où je me cherche, aussi bien en tant qu’individu que d’un point de vue vestimentaire ? Aurais-je fait des crises à mes parents pour obtenir la dernière paire de chaussures à la mode, pour me faire un tatouage, un piercing ? Est-ce que, comme de nombreuses filles de mon âge, je me serais maquillée au pistolet à peinture ? Aurais-je fait des soirées pyjama avec mes copines ?

Si j’avais été une fille, aurais-je été une allumeuse ? Une fille facile ? Une chieuse à plein temps ? Aurais-je été timide au point de ne pas oser aborder un homme qui me plaît ? Aurais-je parlé sans complexe de sexe avec mes copines, comme dans Sex in the city ? Me serais-je retournée dans la rue à la vue d’un charmant jeune homme, juste histoire de mater son cul ? Aurais-je été une féministe affirmée ? Une chienne de garde ? Aurais-je milité pour le droit à l’avortement, contre les violences faites aux femmes, pour la parité et l’égalité des salaires ?

Si j’avais été une fille, aurais-je apprécié de rester des heures dans mon bain, à lire Elle, Closer, Grazia ou Amélie Nothomb, avec des bougies, de la musique ? Aurais-je eu les cheveux longs ? Me coiffer aurait-il été une corvée ? Aurais-je été complexée par ma poitrine trop petite ou trop grosse ? Par mes fesses trop plates ou trop rebondies ?

Si j’avais été une fille, est-ce l’un de mes oncles maternels aurait quand même abusé sexuellement de moi ? Du coup, aurais-je été attirée par les femmes ? Aurais-je été dégoûtée du sexe ? Aurais-je été une femme volage ? Une collectionneuse ? Une femme fidèle ? Aurais-je été coquine ? Aurais-je été prude ? Exhibitionniste ? Libertine ? Aurais-je fait des photos sexy ? Des vidéos coquines ? Peut-être même du porno ?

Si j’avais été une fille, me serais-je inquiété pour un oui pour un non quand mon homme ne m’appelle pas ou parce qu’il rentre tard ? Serais-je devenue suspicieuse parce qu’il ne m’a pas touchée depuis trois semaines, sous prétexte qu’il est fatigué ? Aurais-je fouillé dans ses poches, son téléphone, pour me rassurer ?

Si j’avais été une fille, aurais-je eu envie à un moment quelconque d’être un garçon, pour savoir ce que ça fait d’avoir un pénis ? De faire pipi debout ? De ressentir différemment une pénétration ?

Une chose est sûre : être une fille dans la vie de tous les jours n’a pas que de bons côtés, ce n’est pas facile pour elles. Mais j’aurais aimé être une fille, ne serait-ce que pour vivre une chose que j’envierai toujours aux femmes : porter et donne la vie. Ceci est et restera l’un de mes plus grands regrets.

  • C’est plus de l’amour…

    C’est pas de l’amour. Ça n’en a jamais été. Je ne sais pas aimer. Si j’étais né un peu plu…
  • Le questionnaire

    Toi qui me suis, qui me lis, j’ai envie d’en savoir plus sur toi. Qui es-tu ? …
  • Pleure

      Pleure Comme la pluie, tout s’arrête, tout finit Pleure Pleure Même la nuit, …
Charger d'autres articles liés
  • Sushis d’une nuit d’été

      Il a fait chaud ces derniers jours, partout dans le pays. Les températures canicula…
  • Hymne à la nuit

      Que Morphée m’apporte la sagesse De ceux qui l’ont aimé, Qu’il guérisse la tristess…
  • Sentiments numériques revisités

      Les femmes font tout mieux que nous, sauf les conneries…  - o – o – o -…
Charger d'autres écrits par Un Mâle
Charger d'autres écrits dans Confessions

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ecriture contrainte 07-02-2018

  La contrainte est proposée aujourd’hui par @MissBlogdeIM et la liste de mot s…