Accueil Ôdes Lettre à mon âme

Lettre à mon âme

0
0
33

Lettre

On passe sa vie à croiser des gens qu’on sera amené à côtoyer plus ou moins longtemps, dans un cadre professionnel ou privé. Des gens avec certaines qualités, certaines compétences, mais sans véritable intérêt pour nous puisqu’on sait qu’ils ne feront partie de notre cercle que de manière temporaire. Ils iront rejoindre le lot de ceux qu’on croise tous les jours et qu’on ne reverra jamais. Certains, meilleurs et plus intéressants, sortiront du lot et on restera en contact, ils deviendront peut-être des amis…

Et puis il y a des rencontres qui marquent à jamais. Une voix, un regard, des mots, un parfum, une odeur… et nous voici marqué à jamais, égaré dans un monde vide d’illusions. Ces gens, on a envie de les garder près de nous, de s’abreuver à la source de leur savoir, de leur beauté, de leurs sentiments. Le temps passe beaucoup trop vite en leur compagnie et il est beaucoup trop lent lorsqu’il nous sépare, jusqu’à la prochaine fois où nous serons de nouveau réunis…

Mon essentiel, mon âme, tu fais partie de ces rencontres improbables qui changent une vie définitivement. Tu es LA rencontre inattendue, celle qui nous fait réaliser que nous n’étions jusqu’à présent que de pâles êtres humains en devenir. Cette sensation de renaître, de naître à la vie depuis toi. Complémentarité naturelle, âme sœur, reflet de l’âme, tu t’es « imposée » dans ma vie avec une évidence déconcertante. On ne change pas, on vieillit, on mûrit : tu as su me prouver le contraire. Tu m’as fait naître, tu m’as élevé, tu m’as grandi et rendu meilleur de jour en jour.

J’ai appris à aimer tout ce que tu n’aimais pas de toi : les courbes de ton corps, la profonde sensibilité de ton esprit, ton caractère involontairement changeant. Pour que tu t’aimes aussi, et que tu te vois belle dans mes yeux. C’est le moins que je puisse faire, après tout ce que tu m’apportes, sans rien faire, sans le vouloir, parfois même sans le savoir… J’aime l’idée de l’amour et de l’Amour grâce à toi. J’aime t’aimer.

Y a-t-il quelque chose de comparable à l’ivresse de la vitesse, au pouvoir d’évasion de la musique ?
Y a-t-il quelque chose de plus attirant que les charmes de l’océan et de ses sirènes ? Et ce frisson intense chaque fois que je pense à toi, qu’est-il réellement ? J’ai fini par comprendre que c’est ça l’Amour. Et on a fini par me dire que ses créateurs lui ont donné ton nom.

Je t’aime…

  • Le pygmalion

    A toi. Mais aussi… au Sphinx. Parce que haïs ou adorés, secrètement fragiles, les étranger…
  • Tim…

    Elle a le regard noir des passions secrètes. Elle a le soleil dans la peau et le feu dans …
Charger d'autres articles liés
  • Sushis d’une nuit d’été

      Il a fait chaud ces derniers jours, partout dans le pays. Les températures canicula…
  • Hymne à la nuit

      Que Morphée m’apporte la sagesse De ceux qui l’ont aimé, Qu’il guérisse la tristess…
  • Sentiments numériques revisités

      Les femmes font tout mieux que nous, sauf les conneries…  - o – o – o -…
Charger d'autres écrits par Un Mâle
  • Elle est…

    Elle a fait son absence plus cruelle que l’absence, ma solitude plus grande que la solitud…
  • From Galway to Sarajevo (Balade pour l’irlandaise)

      Comme tous les ans, à cette période, tu reviens hanter mon esprit, fantôme toujours…
  • L’œuvre d’art

    Elle, c’est un concentré de générosité, d’humour et de sensiblerie en une seule personne. …
Charger d'autres écrits dans Ôdes

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sur un air de jazz… (Part. 1)

Cette histoire est une pure fiction. Mais elle se base sur des lieux existants, et des mom…