Accueil Vice et râles Emma ( Part. 2)

Emma ( Part. 2)

0
0
13

Emma

Après quelques furtives caresses, nous nous rhabillons rapidement et nous retrouvons Amélie dans le hall de l’hôtel. Nous convenons tous les deux qu’il est préférable, vu la blessure d’Emma et l’état de fatigue des deux demoiselles, d’écourter le programme « Paris by night ». Nous prenons le métro et rejoignons la ligne 6, pour nous arrêter au plus près de la Tour Eiffel. Nous prenons quelques photos et nous nous dirigeons vers l’une des caisses. Après consultation des tarifs, et vu le froid et le vent, les filles décident que finalement nous ne monterons pas jusqu’en haut : le premier étage étant fermé pour travaux, le second nous suffira amplement. Je me souviens des mots d’Emma avant qu’on ne quitte la chambre : « Je crois que la virée Paris by night va être courte et qu’on va vite rentrer… Je crois aussi que je vais passer la nuit avec toi, car j’ai encore très envie… ». J’ai hâte de rentrer moi aussi…

Les portes de l’ascenseur s’ouvrent et nous sommes saisis par une forte rafale. Emma se crispe et avance prudemment. Prétextant l’aider, je ne peux m’empêcher de glisse ma main sur ses fesses. Elle tourne la tête vers moi en souriant et se cambre volontairement. Mais le passage des gens autour de nous et la présence d’Amélie qui se retourne régulièrement m’incitent à freiner mes caresses. Le froid, la faim et les rafales de vent finissent par avoir raison des filles, nous prenons donc quelques photos et décidons de redescendre pour aller dîner. Afin qu’Emma ne marche pas trop et ne sollicite pas trop sa cheville douloureuse, nous faisons halte dans un petit restaurant près de la station de métro. Nous commandons des pizzas, le repas est simple, convivial et nous passons un agréable moment tous les trois. Mais la chaleur, le fait de se rassasier et de se poser, surtout après une journée aussi éprouvante, m’amènent à modifier une nouvelle fois le planning de « Paris by night ». Nous décidons de regagner l’hôtel situé au pied de Montmartre et de voir ce que nous allons faire une fois sortis du métro. Emma, bercée par le balancement de la rame, commence à piquer du nez et Amélie ne se sent pas la force de gravir les marches jusqu’au Sacré-Coeur. La chose est donc entendue : nous prenons un café tous ensemble et je quitte les filles pour regagner ma chambre.

Après avoir expliqué à Amélie que nous ne nous sommes pas vu depuis longtemps et que nous avons plein de choses à nous raconter, Emma me rejoint quelques minutes plus tard. Elle ferme la porte, retire son manteau et vient s’asseoir sur le lit. En souriant, elle me demande de l’aider à retirer se déchausser. Je m’agenouille devant elle, et lorsque la seconde botte est retirée, Emma se redresse, me saisit par la taille et m’attire à elle. Nous nous allongeons sur le lit, nos vêtements volent les uns après les autres. Emma m’embrasse avec fougue, ses mains griffent mon dos avec douceur. « Toute la soirée j’ai attendu ce moment et j’avais hâte de pouvoir sentir tes mains directement sur mes fesses plutôt qu’à travers mon pantalon, c’est plus agréable ». Je souris et dirige mes mains sur la magnifique croupe de ma partenaire. Mais Emma me repousse, et m’allonge sur le dos. « C’est maintenant à moi de te faire plaisir, et de goûter à ta queue autrement… ». Je n’ai pas le temps de répondre quoi que ce soit, elle s’empare de ma virilité dressée, et fait disparaître mon gland entre ses lèvres pulpeuses. Avec un don incroyable, elle me fait frissonner et je sens le plaisir m’envahir. Je décide de reprendre les choses en main.

Durant près d’une heure, nous nous procurons tous deux un plaisir intense, en nous excitant mutuellement. Emma me gratifie de la meilleure fellation qu’on ne m’ait jamais faite (à l’époque du moins), tandis que je lui prodigue un long cunnilingus. Je finis par glisser deux doigts dans son intimité, un troisième dans son anus (je sais qu’elle en raffole) et je caresse son clitoris de mon pouce. Ma bouche ne reste pas inactive, elle passe d’un sein à l’autre. Emma jouit une première fois, puis une seconde après m’avoir proposé un 69. Bouillants d’envie et de désir, n’y tenant plus, je finis par installer ma belle en levrette, au bord du lit. Elle est totalement trempée, si bien que je n’ai aucune difficulté à m’enfoncer en elle. Je la prends, tendrement, sauvagement, fougueusement, profondément, intensément. Nous nous laissons aller tous les deux, haletant, gémissant, criant. Emma atteint de nouveau l’orgasme, et toute tremblante, elle vient s’installer devant moi, assise à même le sol. Elle saisit ma verge tendue et me caresse énergiquement, son regard planté dans le mien. « J’ai envie que tu jouisses sur mes seins… ». Elle a juste le temps de terminer sa phrase, je laisse le plaisir me submerger et je me répands sur son opulente poitrine. L’instant d’après, nous sommes allongés l’un contre l’autre, en cuillère. Nous nous câlinons, nous savourons l’instant. J’effleure sa peau du bout des doigts, tandis qu’elle s’endort.

Lorsque j’ouvre les yeux le lendemain, Emma est déjà réveillée. Sa langue parcourt mon sexe de haut de bas, et dans un souffle elle lâche un « bonjour » qui en dit long sur ses envies. Il n’en faut pas beaucoup plus pour que nous nous sautions dessus. Mais ça, c’est une autre histoire…

  • Sushis d’une nuit d’été

      Il a fait chaud ces derniers jours, partout dans le pays. Les températures canicula…
  • Départ en vacances

      Cette journée d’été à Paris a été longue et chaude. Il est 23h, mais l’atmosphère e…
  • L’œuvre d’art

    Elle, c’est un concentré de générosité, d’humour et de sensiblerie en une seule personne. …
Charger d'autres articles liés
  • Sushis d’une nuit d’été

      Il a fait chaud ces derniers jours, partout dans le pays. Les températures canicula…
  • Hymne à la nuit

      Que Morphée m’apporte la sagesse De ceux qui l’ont aimé, Qu’il guérisse la tristess…
  • Sentiments numériques revisités

      Les femmes font tout mieux que nous, sauf les conneries…  - o – o – o -…
Charger d'autres écrits par Un Mâle
  • Sushis d’une nuit d’été

      Il a fait chaud ces derniers jours, partout dans le pays. Les températures canicula…
  • Départ en vacances

      Cette journée d’été à Paris a été longue et chaude. Il est 23h, mais l’atmosphère e…
  • Les yeux fermés

    C’est un de ces moments hors du temps, hors de toute pensée, de tout stress que Lizy m’a f…
Charger d'autres écrits dans Vice et râles

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sur un air de jazz… (Part. 8)

Cette dernière partie a été rédigée avec ce titre (non jazzy) « Laura’s Theme » de Craig A…