Accueil Confessions Avis au lecteur

Avis au lecteur

0
0
51

Ecriture

Au cours de l’année 2017, il m’est arrivé bien des déconvenues. J’ai accepté sans rien dire ce qui m’arrivait, accusant parfois le coup, mais tentant toujours de rester debout. Jusqu’au jour où je suis tombé… Dépression. Il fallait bien qu’un jour ça m’arrive. Mais assumer cet état, cette tempête, seul dans cette ville où je ne connais personne, n’est pas chose aisée. Rester enfermé chez soi, à regarder des films et des séries n’aide pas forcément à aller mieux, même quand on a un traîtement.

Alors… je me suis remis à écrire. J’ai retouché d’anciens textes, rédigé de nouvelles histoires, érotiques mais pas que. Et ça me fait du bien. Tout comme votre présence, mes amis des réseaux sociaux, vos messages de soutien, vos encouragements, m’ont fait du bien. J’ai décidé de refaire un blog. Mais avant de publier, il me faudra vous rappeler quelques points essentiels. Car si écrire me fait du bien, je n’ai pas envie d’être prolifique comme certains que je follow.

J’écris à mon rythme. J’évite de me mettre la pression : ça m’évite de bâcler. C’est peut-être parce que justement je n’ai pas de contraintes de publication, comme je pourrais en avoir si je collaborais avec des magazines, des blogs. Le matin, le soir, la nuit : je n’ai pas de moment privilégié pour écrire. J’essaie juste de m’astreindre à une certaine rigueur : écrire un peu tous les jours, dès que je le peux. Une petite heure au minimum. Parfois je suis (très) inspiré, parfois pas (du tout), la longueur des « séances » peut varier : si je ne suis pas inspiré, je n’insiste pas. En revanche, il m’arrive régulièrement de me coucher le soir et, comme je ne trouve pas le sommeil, de me relever pour écrire. Il m’arrive aussi (mais c’est plus rare) de passer des heures à écrire sans m’en rendre compte. J’écris parfois sur mon smartphone lorsque j’ai des idées, je les note, pour les ré-exploiter ultérieurement. Je préfère être face à mon ordinateur pour écrire, plus facile, plus rapide. Mais il m’est arrivé de commencer à écrire quelques mots en vue d’une future publication… et de pondre un article entier. Une fois lancé…. ^^

Quand j’écris, c’est – autant que faire se peut – en musique. C’est quelque chose d’important. Je n’ai pas de playlist établie, peu importe le(s) album(s), c’est une musique de fond. Mais « Music of the spheres » (Mike Oldfield), « The divison bell » et « Pulse » (Pink Floyd) reviennent assez souvent. Ou parfois, je mets une playlist spécifique. En revanche, je ne peux pas écrire quand j’ai trop de monde qui s’agite autour de moi (enfants qui crient, personnes qui parlent fort) : trop de bruit me gêne. Je n’arrive pas à me concentrer et ça m’agace. Parfois certains bruits m’insupportent au plus haut point, voire m’agressent. Selon le lieu où je me trouve, je peux aussi être distrait par une discussion intéressante.

Lorsque je rédige une histoire vécue, j’ai deux façons d’écrire. Soit je décide de donner un maximum de détails sur les actes, les sensations, l’environnement. Soit je raconte de manière basique la scène, comme on pourrait le faire pour un script. C’est valable aussi bien pour les histoires vécues que pour les textes purement fictifs. Il arrive que certains de mes textes soient rédigés d’une seule traite, mais il peut parfois se passer un long moment avant la publication. Je mets mes écrits de côté, je laisse mûrir, puis je les relis ultérieurement. Parfois, je remplace certains mots, je corrige certaines phrases. Parfois je réécris tout un passage. Il m’est même arrivé de supprimer certains textes, parce que je n’étais pas satisfait du résultat. Enfin, quand je juge que c’est acceptable, je publie… parfois des mois après !

Voilà, vous en savez un peu plus sur la façon dont j’écris, j’espère que les textes vous plairont car s’ils ont une valeur, elle se trouve là, dans les mots. Oh, une dernière chose : ne me demandez pas si tel ou tel texte érotique est une histoire vécue (par moi), je ne répondrai pas. Je laisse votre esprit faire son travail…

Charger d'autres articles liés
  • L’œuvre d’art

    Elle, c’est un concentré de générosité, d’humour et de sensiblerie en une seule personne. …
  • C’est plus de l’amour…

    C’est pas de l’amour. Ça n’en a jamais été. Je ne sais pas aimer. Si j’étais né un peu plu…
  • Désert

    Tombe le premier grain toujours suivi d’autres. Cascade fluide et inflexible de grai…
Charger d'autres écrits par Un Mâle
  • C’est plus de l’amour…

    C’est pas de l’amour. Ça n’en a jamais été. Je ne sais pas aimer. Si j’étais né un peu plu…
  • Le questionnaire

    Toi qui me suis, qui me lis, j’ai envie d’en savoir plus sur toi. Qui es-tu ? …
  • Pleure

      Pleure Comme la pluie, tout s’arrête, tout finit Pleure Pleure Même la nuit, …
Charger d'autres écrits dans Confessions

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sur un air de jazz… (Part. 2)

Sur le quai du métro, échange de regards, de quelques mots. Nous décidons malgré le froid …